Des photos (trop) bavardes

(Dernière mise à jour le 14 septembre 2019)

 

Ce qui disent mes photos.

Aujourd’hui, un grand nombre de photos qui circulent par mail ou sur les réseaux sociaux sont prises avec nos smartphones. Le problème, c’est qu’une photo ne contient pas forcément qu’une image et votre smartphone rajoute de nombreuses autres informations lors de l’enregistrement du fichier.

Ces informations s’appellent des métadonnées. Ces métadonnées peuvent être relativement simples comme la date du cliché, la vitesse d’obturation, l’exposition, etc. mais elles peuvent aussi contenir d’autres informations plus sensibles comme… la marque et le modèle du téléphone ou bien les coordonnées GPS !

Exemple d’accès au métadonnées sous Windows 7 : clic droit sur le fichier -> Propriétés -> Détails. En bas des métadonnées, le lien “Supprimer les propriétés et les informations personnelles” permet de supprimer toutes les métadonnées possibles en créant une copie du fichier sans informations.

Pourquoi c’est bien.

Les métadonnées peuvent être utiles pour reproduire une photographie avec les mêmes réglages d’appareil, attester qui est l’auteur d’une photographie, afficher ses prises de vues sur une carte si la localisation GPS est présente :

Exemple sous Android avec l’application My GPS Photo Map qui place sur une carte vos photos géolocalisées. Plutôt que d’afficher vos photos par date de prise de vue, vous pouvez les visionner par lieu de prise de vue. Fonctionnalité qui permet aussi de retrouver des lieux insolites qu’on aurait pu photographier.

Pourquoi ça craint.

L’agent immobilier.

Vous êtes agent immobilier, vous envoyez des photos d’un bien par mail à un client. Vous attendez que le client se prononce avant de programmer une visite si il est conquis.

Si les photos envoyées contiennent des coordonnées GPS, votre client peut localiser le bien en question et directement aller voir sur place le propriétaire. L’agent n’aura pas communiqué l’adresse exacte du bien, ni fait signer de mandat de visite.

Préserver des lieux d’exception.

Le photographe Patrik Svedberg dédie un compte Instagram à “L’arbre brocoli”. Joggers, neige, photo d’un oiseau, les photos de l’arbre cumulent les mentions “J’aime” et les partages. L’arbre fait le buzz et devient un endroit touristique. Victime de son succès, il subit du vandalisme et se retrouve… abattu. Cette histoire est visible en vidéo :

Cela concerne aussi des paysages 1. La géolocalisation des photos d’espèces protégées, visible sur les réseaux sociaux, permet aux braconniers d’utiliser une source d’information très précise pour passer à l’acte. 2

Comment se protéger.

Sous Windows

  • Il suffit de sélectionner toutes les photos pour lesquelles on veut supprimer les métadonnées et suivre la même démarche ci-dessus : clic droit sur le fichier -> Propriétés -> Détails. En bas des métadonnées, le lien “Supprimer les propriétés et les informations personnelles”
  • Directement avec le logiciel ExifPurge : http://www.exifpurge.com

Sous Linux

Sous Android

  • Avec l’appli Photo Metadata Remover de Syrupy (lien)

Sources

  1. https://www.diyphotography.net/geotagging-your-landscape-photos-is-ruining-the-world-around-us-stop-it/
  2. https://dailyhive.com/mapped/social-media-geotag-wild-animals-danger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *